Les croissants, c'est épatant ! les pains au chocolat, c'est pas encore ça...

Publié le par nénette




Laissez moi vous raconter la folle épopée de la petite brioche qui se prenait pour un mouton... et rêvait de verte liberté !


 Il était une fois un jeune "apprenti" pâtissier, pas encore doué pour bouler les brioches et qui donna vie par mégarde à un petit mouton doré à souhait, rêvant de liberté, d'amour et de verdure.

  Mais cette histoire débute vraiment pour notre briochon à la sortie du four, sur une grille, parmi tant d'autres brioches relativement régulières postées bien droites.
Au beau milieu d'elles, ce trouvait notre vilaine petite brioche, la tête bien lourde, elle piquait littéralement du nez.
 En effet, elle ressemblait plutôt à un petit mouton rabougri qu'à une tentation délicieuse et sucrée à souhait.

C'est donc sans vergogne, ni scrupule qu'elle fût rejetée du "troupeau" des belles brioches à têtes pour se retrouver bien à l'écart, plus loin dans un endroit où on ne la verrait plus.
la pauvre esseulée ne le fût pas bien longtemps, car très vite dans son malheur, elle fût rejoint par un autre petit mouton à grosse tête dorée !




Ces deux drôles de bestiaux finirent par se rencontrer, se reconnaitre et s'aimer.
L'histoire pourrait se terminer ainsi...
Incompris et oubliés, nos deux moutons briochés auraient sans doute  finis par sécher ensemble consolés, mais oubliés des pâtissiers trop occupés à bouler ailleurs...

Cependant, c'était sans compter un grain de folie sucrée (certainement provoquée par la levure du boulanger...) qui les poussa vers l'inconnu, la liberté et de la verdure à brouter... plein de verdure surtout !

En voila une sacrée aventure quand on est deux moutons briochons, craignant les chutes de plus de 10cm, les gouttes d'eau intempestives et l'appétit vorace d'une nénette adorant plus que tout les brioches à tête biscornues.

La route fût longue et bigrement périlleuse, mais le but de cette quête était noble et trop important... fuir la moiteur de cette dangereuse cuisine pour une verdure paradisiaque et salvatrice.
Il leur fallut se hisser sur des rampes jaunes, retomber tant bien que mal sur ses pattes sans perdre la tête, éviter les regards voraces...
Alors que notre premier mouton las de cette trop longue épopée commençait à donner quelques signes de faiblesse et y laisser quelques miettes... notre deuxième petit mouton trop cuit se mit à sautiller sur lui même du haut de l'alarme  incendie en apercevant enfin leur idéal... du vert à perte de vue en contrebas...
Ils n'avaient qu'à se laisser tomber et zou... à eux l'herbe tendre et les jeunes pousses en fleur.
Les larmes aux yeux, plein d'émotion, nos deux moutons ne discernaient plus très bien ce qu'il y avait vraiment sous leurs pieds...



  Si heureux,  confiants en leurs rêves radieux et tellement persuadés que la vie c'est aussi beau qu'une boite remplie de paillettes multicolores, nos deux compères à la robe couleur soleil, se laissèrent tomber de très haut vers le vert.

   C'est à ce moment précis que j'entre en scène (et pas avant bien sur...) alertée par les cris affolés d'une Véronique un peu paniquée, de savoir qui avait pu mettre des brioches ratées dans son beau sac rempli du houe de Noël qu'elle destinait à la décoration de sa jolie maison...

"Quelqu'un a parlé de brioche ???" me dis-je affamée...
et mon coeur n'a fait qu'un bond quand j'ai découvert nos deux briochons blottis l'un contre l'autre dans un dernier baiser...

  Les ai-je mangé ?

 Ça l'histoire ne le dis pas.





   Quelle belle histoire tout de même...
La fois prochaine si vous êtes sages, je vous conterai les mésaventures des religieuses en chocolat qui voulaient aller danser trop près des flammes de la gazinière...


Sacrés morceaux quand même...

Petit exercice de calcul mental rapide :

Sachant que cette splendide pâte à brioche pèse 12 fois 600 g. et qu'une brioche à tête doit peser en moyenne 50 g. pour être vendue en magasin. De plus, Il me faut une bonne demi-heure pour faire une douzaine de brioches.
Combien puis-je faire de brioches à tête et en combien de temps sachant qu'au bout de la 5ème fournée je serais 2 fois plus rapide qu'au début?
    Hahahaha... Qu'est ce que je suis machiavélique... Je suis sûre que certains d'entre vous sont déjà en train de chercher la réponse.

Nous n'avons pas fait que bouler des brioches, figurez-vous que nous avons façonné des pains au lait et des pains aux raisins...
Et puis l'exercice difficile du jour : réaliser mais surtout dompter la pâte feuilletée des viennoiseries (c'est nerveux une pâte, c'est un combat à coup de rouleau pâtissier) puis en tirer laborieusement une dizaine de croissants et un  peu moins de pains au chocolat (à 80 g. la bête environ!)

Le tourage selon monsieur Jeudi (sacrément habile de ses mains) :





Pour ce faire, j'étais sur le même marbre que ma collègue Hélène.
Ensemble, nous aurions pu bouler et façonner mille viennoiseries avant de se lasser.

 Nous étions plutôt satisfaites de notre production d'ailleurs.
La hélène team a fait des merveilles cette semaine...

  Il est des gens auprès desquels il est agréable de travailler.
Avec d'autres, c'est plus compliqué...











PS : Monsieur Jeudi est somme toute plus sévère que monsieur Alcatraz, mais davantage rigoureux sur l'esthétique de nos productions. Les deux sont complémentaires.
PSS : Demain, c'est devoir sur table en sciences appliquées aux aliments...
PSSS :  Demain j'irai rendre visite à Kit-chan et Patrice pour prendre des nouvelles.
J'appréhende quelque peu les "non-retrouvailles" avec elle...
PSSSS : J'ai signé les papiers aujourd'hui avec le chef (meilleur ouvrier chocolatier de France) de mon troisième stage en pâtisserie-chocolaterie pour pâques. Voila une bonne chose de faite.

 Bien le bonjour ou le bonsoir... en ce qui me concerne, je vais apprendre l'hygiène des locaux et des machines en entreprise...



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

karine 06/12/2009 05:42


Je suis très touchée par tes petits commentaires sur mon départ !!! Mais on se reverra... et en plus je continue un peu ma formation via ton blog !!!! Et je ne suis plus une apprentie pâtissière 2
de tension sous caféine et je suis redevenue une croupière énergique !!!! Bon c'est vrai je ne suis plus là pour te balancer mes sarcasmes et autres réjouissances, mais bon...


nénette 06/12/2009 23:05


C'est quand même crrriiiste!
Aujourdhui j'ai fait une tarte au chocolat cramée avec un ganache grumeleuse et une chibouste kiwi pas assez refroidie !! un vrai bonheur, tu te serais bien moquée de moi sur ce coup là !
quand est ce qu'on se boit un verre?
on est en stage bientôt...


nouille 29/11/2009 16:29


...ou en arrêtant de fumer.


nouille 29/11/2009 16:28


En buvant plein de bière et de l'orangina, à la fin on a une brioche (comme moi).


gaelle 28/11/2009 15:31


cela fait 144 brioches à tête en 4h15.
Ceci dit,tout ceci nous fait bien envie, mais on n'a pas la recette. Comment fait-on une bonne brioche ?


nénette 30/11/2009 18:32


hihi !
ah ma soeur... quel talent !
tu as gagné la recette des brioches. je m'y atele de suite.


Michel Le Gac 27/11/2009 22:34


Bon courage pour le travail de révision.
Michel